mademoiselle


mademoiselle

mademoiselle , plur. mesdemoiselles [ mad(ə)mwazɛl, med(ə)mwazɛl ] n. f.
XVe; de ma, adj. poss., et demoiselle
IAnciennt
1Titre de la fille aînée des frères ou oncles du roi. La Grande Mademoiselle, duchesse de Montpensier, cousine germaine de Louis XIV.
2Appellation des femmes nobles non titrées, mariées ou non. Vous m'obligez « de me tenir quelquefois compagnie : mon mari est si mal bâti [...] — Mademoiselle, vous me faites trop d'honneur » (Molière).
IIMod. Titre donné aux jeunes filles et aux femmes (présumées) célibataires. « L'incertitude où j'étais s'il fallait lui dire madame ou mademoiselle me fit rougir » (Proust). Abrév. pop. MAM'SELLE ou MAM'ZELLE [ mamzɛl ]. Mademoiselle, Mesdemoiselles Untel; Mlle , Mlles Untel. Mademoiselle votre fille. Absolt La fille de la maison, pour les domestiques. Mademoiselle a téléphoné.

mademoiselle, mesdemoiselles nom féminin (de ma et demoiselle) Titre donné à une jeune fille ou à une femme non mariée. (S'écrit avec majuscule [abréviation Mlle] quand il est suivi du nom propre.) Titre donné à la fille du maître et de la maîtresse de maison par un domestique (avec majuscule) : Mademoiselle dînera-t-elle ce soir ? Titre donné autrefois à une institutrice, une gouvernante, etc. Titre porté par certaines princesses, en particulier, à partir du XVIIe s., par la fille aînée du frère du roi de France (avec majuscule). ● mademoiselle, mesdemoiselles (difficultés) nom féminin (de ma et demoiselle) Orthographe 1. Mademoiselle fait au pluriel mesdemoiselles : en quoi puis-je vous être utile, mesdemoiselles ? On écrit en abrégé : Mlle, Mlles (ou Mlle, Mlles), mais jamais Melle. Mlle Duval a été admise à subir les épreuves orales ; Mlles Jandot et Moron devront se représenter en septembre. 2. Mademoiselle / Mlle. → monsieur. Emploi Mademoiselle, comme madame, peut être employé de manière autonome, indépendamment d'un nom : une mademoiselle (= une jeune fille de la bonne société). « La mère était jalouse de sa fille, [...] rêvait de faire de cette enfant « une mademoiselle » »(H. de Balzac). Emploi péjoratif et vieilli.

mademoiselle, plur mesdemoiselles
n. f. (Abrév.: Mlle, Mlles). Titre donné aux jeunes filles et aux femmes célibataires.

⇒MADEMOISELLE, subst. fém.; MESDEMOISELLES, subst. fém. plur.
[S'écrit en abrégé Mlle et au plur. Mlles; la prononc. fam. abrège le mot qui est alors orthographié de diverses manières (v. infra et orth.)]
I. A.Vx. [Titre employé pour désigner toute femme mariée qui n'était pas noble ou qui était noble mais non titrée ou pour s'adresser à elle] Dans cette pièce se tenaient le respectable bourgeois et sa femme, mademoiselle Lecamus (BALZAC, Martyr calviniste, 1841, p. 58). On l'appelle mademoiselle, quoiqu'elle ait été mariée. Le nom de dame était encore réservé aux femmes nobles (MICHELET, Insecte, 1857, p. 395). Le 19 janvier 1664, Mlle Molière, la femme du poète, mit au monde un garçon (A. FRANCE, Génie lat., 1909, p. 126):
1. À Beaune, les premiers fidèles se recrutèrent parmi la noblesse...; à Dijon, parmi la noblesse et les gens de robe..., «M. Bossuet, conseiller au parlement et mlle sa femme.»..., et ailleurs...» ... C'était le temps où les Espagnols menaçaient la frontière de Bourgogne (1636-1637).
BREMOND, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 545.
Fam. Mon Dieu! que vous êtes grosse! Moi qui vous ai vue comme un jonc, maintenant vous me paraissez une des tours de Notre-Dame. Ah, mamselle Sophie! qu'avez-vous fait là? Que monsieur votre mari ne s'attende pas à mes compliments pour vous avoir mise dans ce bel état (COURIER, Lettres Fr. et Ital., 1825, p. 735).
Rem. S'emploie dans le milieu du théâtre (et parfois du cinéma) pour désigner une actrice, même mariée, notamment une sociétaire de la Comédie-Française ou pour s'adresser à elle.
B.HIST., au sing.
1. [Titre employé pour désigner la première princesse de sang tant qu'elle n'est pas mariée ou pour s'adresser à elle (d'apr. Ac.)] «Ce duc de Parme [Charles de Bourbon] avait épousé à Frohsdorf (Autriche) le 10 novembre 1845, «Mademoiselle», c'est-à-dire la fille du duc de Berry, petite fille de Charles X, la princesse Louise de France» (Point de vue, 6 févr. 1970, p. 8).
2. [Titre employé pour désigner la fille de Monsieur, frère du roi, tant qu'elle n'était pas mariée ou pour s'adresser à elle]
En partic. (La grande) Mademoiselle. Mlle de Montpensier. Lorsque l'armée royale (...) voulut rentrer dans la capitale, elle fut arrêtée à la porte Saint-Antoine et c'est là que Mademoiselle, du haut de la Bastille, tira le canon contre les troupes du roi (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 222). On vit la grande mademoiselle se promener au Cours-La-Reine dans «son carrosse...» (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p. 175).
II.Usuel
A. — [Appellation employée pour désigner une jeune fille ou une femme (présumée) non-mariée ou pour s'adresser à elle] En face de lui (...) était assise une jeune femme qui achevait de manger une mandarine. L'incertitude où j'étais s'il fallait lui dire madame ou mademoiselle me fit rougir (PROUST, Swann, 1913, p. 76). — Alors, mesdemoiselles, cria Paradis, vous ne vous offrez pas un tour de rigolade? — Approchez, mesdemoiselles, hurla Petit-Pouce, approchez (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 10). L'homme la dévisagea (...) — Lévesque? Le machiniste Lévesque? oui, madame... mademoiselle... Il doit être dans la salle de forge (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 220):
2. Il prit une clef et ils montèrent visiter le numéro 4. La chambre était claire, confortable. — Ça vous plaît, mademoiselle? — Beaucoup. Et, familière: — Ne m'appelez pas mademoiselle, c'est plus de mon âge. Appelez-moi Denise, comme au théâtre.
DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 201.
1. [Suivi d'un nom ou d'un prénom] Mesdemoiselles de Gramont, qui étaient jolies, passaient le début de la soirée avec leurs hôtes (MAUROIS, Disraëli, 1927, p. 154). Il déchiffra le nom de l'expéditeur:Mlle Bonnet. Hôpital de Conakry. Guinée française (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 788):
3. Mon sac, qui voltigea au bout de sa courroie, attrapa son chapeau et le fit tomber à la renverse sur son dos. Je dis: — Oh! pardon, madame!... Elle me répondit sèchement: — Mademoiselle, s'il vous plaît!... Je m'appelle Mademoiselle Marie...
GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 89.
Fam. Elle continue: — Moi, je m'appelle Rose... Mam'zelle Rose... Je suis chez M. Mauger... À côté de chez vous... (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 58).
2. [Suivi d'un nom de parenté et pour exprimer le respect marqué envers la personne à qui l'on s'adresse] Vieilli. Mlle votre nièce. En vérité, il n'y a point de meilleure lecture: c'est un livre à mettre entre les mains de mesdemoiselles vos filles tout de suite après le catéchisme (COURIER, Lettres Fr. et Ital., 1825, p. 816). Je (...) demandai à mon nouveau patron (...) si mademoiselle sa fille était malade (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 121).
3. [Suivi d'un nom exprimant une fonction ou une qualité soc.] Messieurs les bourgeois, dit-il, et mesdemoiselles les bourgeoises, nous devons avoir l'honneur de déclamer (...) une très belle moralité, qui a nom:le bon jugement de madame la vierge Marie (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 27). Puck: Allons, vite, mesdemoiselles les demoiselles d'honneur, dépêchez-vous!... La Grande-Duchesse vous attend! (MEILHAC, HALÉVY, Gde-duchesse Gérolstein, 1867, II, 2, p. 236).
Emploi abs. [Pour désigner l'institutrice, la gouvernante d'un enfant] Mademoiselle nous fait mettre en rang, quoique l'heure ne soit pas encore venue (COLETTE, Cl. école, 1900, p. 258).
B.En partic., emploi abs.
1. [Appellation employée par les domestiques en signe de respect pour désigner leur maîtresse de maison lorsqu'elle n'est pas mariée ou la fille de leur maîtresse ou pour s'adresser à elle] Mademoiselle se mariera dans l'année, c'est sûr, dit la Grande Nanon (BALZAC, E. Grandet, 1834, p. 36). Étienne revint bientôt de son ambassade. — La femme de chambre de mademoiselle, dit-il, m'a annoncé que mademoiselle achevait sa toilette et ne tarderait pas à venir (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 493).
Fam. Balionte entre sans frapper: — Mamiselle est morte! je l'ai trouvée morte, sur son lit, tout habillée. Elle est déjà froide (MAURIAC, Th. Desqueyroux, 1927, p. 256). Nicolas qui m'attendait, en livrée d'été (...) me disait d'un air de blâme: — Si c'est pas malh'reux qu' mad'moiselle mette un' si belle rope (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 352):
4. La grosse bonne s'élança, répondit: «Qu'est-ce qu'il faut, mamzelle Claire? — L'omelette, bien vite. — Dans une minute, Mamzelle
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Marquis de F., 1886, p. 68.
2. [Appellation employée pour s'adresser à la standardiste chargée de mettre en contact un abonné avec le correspondant qu'il appelle à partir d'un poste téléphonique manuel] Le commissaire se leva lourdement, s'approcha du téléphone posé sur le bureau. — Vous permettez?... Allo, mademoiselle, vous me donnerez le 118 à la Roche-sur-Yon, s'il vous plaît?... vous dites?... Il n'y a pas d'attente?... Allo!... Je voudrais parler au juge d'instruction Alain de Folletier... (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 170).
3. Arg., vx. [Terme d'adresse envers un inverti, un travesti] On ne l'appelait à Bicêtre que Mademoiselle: j'appris que c'était un de ces misérables qui, livrés à Paris à une prostitution infâme (...) (VIDOCQ, Mém., t. 1, 1828-29, p. 231).
C.Mademoiselle + subst.
1. Plais. [Suivi d'un subst. exprimant une qualité (supposée être) caractéristique de qqn] Vous ne travaillez point comme cela, vous autres, mesdemoiselles les paresseuses. Et, moitié souriante, moitié sévère, la fleuriste s'adressait aux cinq ou six jeunes filles travaillant à la journée dans le magasin (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 120). Elle murmura: — C'est une fille. — Juste! reprit le zingueur, blaguant pour la remettre, j'avais commandé une fille!... Hein! me voilà servi! tu fais donc tout ce que je veux? Et, prenant l'enfant, il continua: — Qu'on vous voie un peu, mademoiselle souillon!... Vous avez une petite frimousse bien noire (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 468).
Pop., vx. Mlle du bitume, du Pont-Neuf. Prostituée (d'apr. FRANCE 1907).
2. Pop., HIST. SOC. [P. allus. à Gustave Hervé (1871-1944) qui créa dans le journal La guerre sociale la formule Mamzelle Cisaille] Mademoiselle + subst. fém. À l'action organisée des syndicats, on voulait substituer l'acte personnel, esquissé dans une pose théâtrale ou traduit par une expression violente, souvent grossière, du «browning» et de «Mademoiselle Cisaille», on faisait un drapeau, alors que l'un et l'autre ne sont que des moyens extrêmes (Recueil textes hist., Bataille syndicaliste, 1912, p. 106):
5. ... nous ferons table rase de toute cette législation réactionnaire, basée (...) sur ces utopies à la Jean-Jacques qui ne sont que (...) les équivalents juridiques de la Mamzelle Cisaille de cet illuminé d'Hervé...
ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 198.
P. ell., arg., vx. La guillotine. Synon. la veuve, madame. De chaque côté [de la place] jusqu'à mademoiselle [la guillotine] et autour, les volontaires formaient la haie ([L'HÉRITIER], Mém. Révol. fr., t. 1, 1830, p. 113).
Prononc. et Orth.:[], plur. [me-]. Avec l'assimilation partielle ou totale du [d], [manmwa-], [mammwa-]. Altération plus importante et en partie conventionnelle [], sous les graph. mamselle (COURIER, Lettres Fr. et Ital., 1825, p. 735), mamzelle (supra ex. 4) ou -'zelle (MIRBEAU, loc. cit.). Mad'moiselle (GYP, Souv. pte fille, 1928, p. 352) marque simplement l'élision. Att. ds Ac. dep. 1694. Plur. mesdemoiselles, v. madame. Étymol. et Hist. I. 1. 1471 «titre donné à certaines femmes de condition» (Archives du Nord, B. 3513, n° 123954 ds IGLF); 2. 1670, 15 déc. «titre donné à la fille de Monsieur, frère unique du Roi» (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. La Pléiade, t. I, p. 140); 3. 1690 (FUR.: Mademoiselle. Titre d'honneur qu'on donne aux filles et aux femmes des simples Gentilshommes). II. 1. 1690 (ibid.: Mademoiselle, est aussi un nom qu'on donne à toutes les filles qui ne sont point mariées, pourveu qu'elles ne soient pas de la lie du peuple, ou filles d'Artisans); 1718 (Ac.: Mademoiselle. Titre qui se donne ordinairement aux filles); 2. 1760-72 «fille de la maison» (DIDEROT, Le Neveu de Rameau, éd. J. Fabre, p. 22). Comp. de ma (v. mon) et de demoiselle. Fréq. abs. littér.:3524. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 3872, b) 6565; XXe s.: a) 5824, b) 4662. Bbg. LEW. 1968, p. 118. — QUEM. DDL t. 2. — TRACC. 1907, p. 153.

mademoiselle [madmwazɛl] plur. mesdemoiselles [me(ɛ)dmwazel] n. f.
ÉTYM. XVIe; de ma, adj. poss., et demoiselle.
———
I Titre donné anciennement à certaines femmes de condition.
1 Titre de la fille aînée des frères ou des oncles du roi. || La grande Mademoiselle, duchesse de Montpensier, fille du frère de Louis XIV.
1 Il faut donc (…) vous le dire : il (Lauzun) épouse, dimanche, au Louvre, avec la permission du Roi, Mademoiselle, Mademoiselle de… Mademoiselle… devinez le nom : il épouse Mademoiselle, ma foi ! par ma foi ! ma foi jurée ! Mademoiselle, la grande Mademoiselle, Mademoiselle, fille de feu Monsieur; Mademoiselle, petite-fille de Henri IV (…) Mademoiselle, destinée au trône; Mademoiselle, le seul parti de France qui fût digne de Monsieur.
Mme de Sévigné, 121, 15 déc. 1670.
2 (1534). Titre donné aux femmes nobles non titrées, « mitoyen entre la Madame bourgeoise et la Madame de qualité » (Furetière). Madame.
REM. Ce titre était donné aussi aux bourgeoises. Racine appelait sa sœur Madame avant son mariage avec Louis Rivière et Mademoiselle lorsqu'elle fut son épouse.
2 La fille de nostre mestayer (…) vint un jour trouver ma grand'mère, et lui dit : Bonjour, mademaselle (sic)…
Béroalde de Verville, le Moyen de parvenir, Remonstrance, 1, 151, in Huguet.
3 (…) vous m'obligez beaucoup de me tenir quelquefois compagnie : mon mari est si mal bâti (…)
— Mademoiselle, vous me faites trop d'honneur (…)
Molière, la Jalousie du barbouillé, III.
3 (1846). Péj. et vx. || Une mademoiselle : une jeune fille de la bonne société. Demoiselle (→ Madame, I., 2.).
3.1 La mère était jalouse de sa fille, et peut-être rêvait-elle de tirer parti de cette beauté, de faire de cette enfant une mademoiselle.
Balzac, la Cousine Bette, Pl., t. VI, p. 512.
———
II Mod.
1 (XVIIe). Titre donné aux jeunes filles et aux femmes célibataires.Abrév. pop. (1680). || Mam'selle ou mam'zelle [mamzɛl]. — Mademoiselle Une telle et ses parents. || Bonsoir Mesdemoiselles (→ Lequel, cit. 22). || Mademoiselle votre fille, votre sœur (→ Madame, II., 1.).Abrév. : Mlle; plur. Mlles.Littér. || Mademoiselle de Maupin, roman de Th. Gautier (1835).
4 Je viens de la part du maître à chanter de Mademoiselle votre fille.
Molière, le Malade imaginaire, II, 2.
tableau Abréviations les plus usitées.
2 (XVIIIe). Absolt. Pour désigner la fille de la maison (→ aussi Madame, II., 3.).
5 Cependant, le livre de Mademoiselle s'était enfin retrouvé sous un fauteuil où il avait été traîné, mâchonné, déchiré par un jeune doguin (…)
Diderot, le Neveu de Rameau.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mademoiselle — (abbreviated as Mlle) may refer to: The French language equivalent of miss (ma = my + demoiselle = little lady or my girl ) Mademoiselle Juliette , a 2007 song by French singer Alizée Mademoiselle (magazine), published until November 2001… …   Wikipedia

  • Mademoiselle — (mad.mwa.zɛl), französisch für mein Fräulein, ist eine französische Anrede, abgekürzt Mlle, Mle oder Mlle (immer ohne Punkt). Der Plural lautet Mesdemoiselles, oder kurz entsprechend Mlles Stand sie früher für das junge Mädchen aus dem gehobenem… …   Deutsch Wikipedia

  • Mademoiselle K — Pays d’origine  France Genre musical Rock français Années d activité Depuis 2006 Labels …   Wikipédia en Français

  • Mademoiselle K — Datos generales Origen Francia Información artística …   Wikipedia Español

  • mademoiselle — mid 15c., unmarried Frenchwoman, from Fr. mademoiselle (12c.), from a compound of ma dameisele (see DAMSEL (Cf. damsel)), lit. young mistress …   Etymology dictionary

  • mademoiselle — (izg. madmoazȅl) ž DEFINICIJA mlađa, neudata ženska osoba iz građanskog društva; gospođica ETIMOLOGIJA fr. mademoiselle ← srfr. ma damoisele: moja plemenita mlada gospo …   Hrvatski jezični portal

  • Mademoiselle — Ma de*moi selle , n.; pl. {Mesdemoiselles}. [F., fr. ma my, f. of mon + demoiselle young lady. See {Damsel}.] 1. A French title of courtesy given to a girl or an unmarried lady, equivalent to the English Miss. Goldsmith. [1913 Webster] 2. (Zo[… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Mademoiselle O — is a memoir by Vladimir Nabokov about his eccentric Swiss French governess.It was first written and published in French in Mesures (vol. 2, no. 2, 1936) [ Michael Juliar, Vladimir Nabokov: A Descriptive Bibliography (New York: Garland, 1986; ISBN …   Wikipedia

  • Mademoiselle — (fr., spr. Madmoasell), 1) so v.w. Demoiselle 2) in der Anrede; 2) Titel der Töchter, Enkelinnen u. Nichten des Königs von Frankreich; die erste Prinzessin von Geblüt heißt M. de Franer …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Mademoiselle — (franz., spr. mad mŭaséll ), s. Damoiselle …   Meyers Großes Konversations-Lexikon